Jean Ciphan, écrivain.
Jean Ciphan, écrivain.

 

Au printemps de jouvence.

 

Ils sont si clairs, si doux, tes yeux pervenche

Mathilde, si jolis au printemps de jouvence !

 

Ton sourire éclairant le seuil de tes quinze ans,

Te voici de plain-pied dans ton adolescence !

 

Devant toi, la vraie vie s’ouvrant à ta jeunesse,

T’offrira des bonheurs, parfois des maux aussi !

 

Garde confiance en toi, crois en ta bonne étoile…

Le monde est tout à toi et l’avenir sourit !

 

10 mars 2010.

Jean Ciphan, « Foulées sereines »