Les mots de Jean.
Les mots de Jean.

 

LE QUATRIÈME COMMANDEMENT

 

Tes père et mère honoreras!

Qui s’en souvient? Qui le lira?

Qui le dira?

 

Les Hébreux enchaînés, Moïse au Sinaï,

La voix de l’Éternel, le veau d’or adoré

Et les Tables brisées,

Qui s’en souvient?

C’est si loin tout cela, la Bible, une légende?

 

Tes père et mère honoreras!

Quatrième commandement!

Recommandation oubliée?

La république y pourvoira!

 

Le dernier dimanche de mai

Seront fêtées toutes les mères!

(Une loi en a décidé,

Il y a dix ans de cela.)

Bouquet de fleurs, dessins d’enfants,

Aspirateur et moulinette!

 

Troisième dimanche de juin,

Seront honorés tous les pères!

Un décret, pour eux, a suffi!

(Il est venu deux ans plus tard.)

Cela était assurément

Une institution nécessaire

Car tout papa avait bien droit

À recevoir son Flaminaire!

 

(Ils sont là, les marchands du temple,

Installés, repus et sereins…)

 

Ce dernier dimanche de mai,

À l’ombre de grands cyprès verts,

Sur la tombe de marbre blanc,

Corentin, délicatement,

A déposé pour sa maman

Un frêle bouquet d’œillets mauves…

 

Dernier dimanche de printemps?

Corentin enfin a osé

L’effacer de son agenda

Si secret : celui de son cœur.

Dix-sept ans.

Première escapade.

 

Son père,

L’œil aux aguets rivé

Sur l’ouvrant bas de la demi-porte

Attendit en vain son briquet.

 

19 juin 1960.

Jean Ciphan, «Sentiers incertains»