Jean Ciphan, écrivain.
Jean Ciphan, écrivain.

 

Printemps éphémère.   

 

Une perle de rosée

Sur le bord de chaque feuille.

Une hirondelle posée

Sur un fil ! Et que l’on veuille

Regarder tout alentour :

Aussitôt l’ennui s’envole,

Tout semble né pour l’amour,

Pour la joie, la vie frivole...

 

Cours, la jolie farandole

Du soleil et du printemps

Qui s’éveille en la coupole

D’un ciel bleu par tous les temps...

Laisse faire la nature,

Fais naître encor des heureux !

Car, quand viendra la froidure

Ce sera trop tôt pour eux !

 

Mai 1959.

Jean Ciphan, « Sentiers incertains »