Jean Ciphan, écrivain.
Jean Ciphan, écrivain.

 

Trois mots.

 

Sept heures…

Des moineaux en volée, par une envie soudaine,

Se posent un instant au bord de la fontaine,

S’ébrouent, boivent… et fuient…

Pépiant à satiété !

Nouveau p’tit tour :

Vingt miettes volées !

Les badauds ne s’en lassent, ravis !

Liberté !

 

Midi…

À Saint Benoît sonne la cloche. Saint Julien lui répond.

Deux pigeons roucoulent sur la rampe du pont.

Sous l’arche, un rat s’enfuit…

Chercher sa môme rate !

Un p’tit clin d’œil

De la rampe vers l’arche 

En bas, deux museaux qui se lient.

Égalité !

 

Dix-neuf heures…

Bon train (ils ont seize ans) quelques bons camarades 

Osant battre pavé, rient soudain en cascade,

Sifflent la cape et fuient…

En pleine hilarité !

Vingt-deux ! les r’vlà.

Les gamins les regardent,

Les hirondelles leur sourient.

Fraternité !

 

29 juin 1960.

Jean Ciphan, « Sentiers incertains »